Etre libre signifie-t-il etre moins égaux ?

Voici une confrontation de la liberté et de l’égalité, deux concepts mis en avant par la République, mais qui peuvent malgré tout s’opposer selon certains raisonnements philosophiques. Ce sujet a été donné lors du bac 2011 aux candidats d’ES.

Liberté et égalité opposées dans le corrigé du bac philo ES 2011

On peut considérer que l’égalité et la liberté sont à même de se confronter au sein de la société, car l’égalité est aussi une manière de supposer celle des hommes face à la loi, et c’est bien cela qui peut causer un manque de liberté, d’un point de vue philosophique.

laché d'oiseau en liberté

Ainsi, l’égalité peut être un moyen de nous priver de notre indépendance. Cependant, c’est le principe même des lois qui a pu faire en sorte que les hommes soient égaux les uns envers les autres, en dénonçant les principes d’injustices qui ont pu peser sur l’humain durant l’histoire. Cela dit, l’égalité est plus complexe à appliquer selon les hommes, et elle peut priver certains de leur liberté plus que d’autres, ce qui finalement est une entrave.

Cependant, l’égalité fait aussi découler certaines libertés. Celles-ci ne sont pas forcément considérés comme une indépendance. Les lois et l’égalité devant celles-ci délimitent donc la liberté, pour la distribuer de manière égale entre les hommes. Les limites qu’elles comportent ne sont donc pas forcément une entrave à la liberté, puisqu’elles peuvent aussi gérer par soi-même, en toute autonomie. La réelle liberté est celle qui est gouvernée par la raison et non pas par les désirs, l’égalité devant la justice est donc un moyen d’accéder à celle-ci.

Marx considère de son côté que l’égalité dissimule certaines inégalités, et induit une rivalité entre les hommes, ainsi qu’une division qui entre en jeu à cause du désir de possession.

Ce sujet permet de citer des philosophes comme Nietzsche, Marx, Rousseau ou Rawls par exemple.


Email * :
* champ obligatoire.




Vos données resteront confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
Ce contenu a été publié dans Annales, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.